Coca

Coca est l'une des plus importantes villes de l'Oriente. Il s'agit d'un incontournable point de départ avant le début de l'excursion dans la jungle amazonienne. C'est pour cette raison que la ville est considérée comme la porte de la forêt équatorienne. Avec ses monuments historiques construits par ses ancêtres, cet endroit se veut aussi être une destination importante pour les fans de l'Histoire de l'époque précolombienne. Ses plus intéressantes attractions sont partagées entre nature, modernité, histoire et tradition.

Histoire

Fondée en 1949, la ville de Coca doit son nom à une ancienne coutume des indigènes qui mâchaient les feuilles de coca.

Autrefois, Coca était seulement un petit village bien discret. Mais après la découverte d'un important gisement de pétrole dans la région au courant des années 70, elle se développa et se transforma en une grande ville. Elle devint, en 1990, une grande agglomération pour l'industrie pétrolière. Depuis 1999, elle est officiellement sacrée capitale de la province d'Orellana , la plus récente province équatorienne. Depuis cela, elle est connue sous le nom de Puerto Francisco de Orellana , le nom de l'explorateur de la région de la confluence de la rivière Coca et de Napo.

Aujourd'hui

Située au nord-est de Tena, à 175 km de Quito la capitale, Coca se trouve au confluent des rivières Coca , Payamino et Napo. Elle s'étend à plus de 146,26 km² et abrite en 2001 environ 18 298 d'habitants.

Bien qu'il soit spécialement formé par la forêt amazonienne, le paysage de la région de Coca témoigne jusqu'à ce jour des tristes conséquences de l'exploitation pétrolière à l'origine de la déforestation, des piscines de rétention du pétrole et la déculturation.

Malgré ces mauvaises exploitations, la forêt survit. Le gouvernement municipal de Coca s'investit dans l'infrastructure touristique et commerciale pour faire basculer l'économie de la région vers une autre source de revenue. La dégradation considérable de la jungle en raison de l'extraction du pétrole constitue en effet, un sérieux blocage au niveau du potentiel touristique de la ville. Pour cela, le gouvernement s'est lancé en 2000 dans le projet Malecón. Il s'agit d'un projet comprenant un centre d'éducation environnementale et de tourisme.

La ville de Coca dispose de nombreuses infrastructures touristiques dont certaines demeurent relativement impressionnantes. Bien qu'ils ne soient pas très nombreux, les hôtels, les restaurants, les bars et les boîtes de nuit y sont de bonne qualité et longent les rives pittoresques de la rivière Napo.

Les réserves qui se situent aux alentours de Coca possèdent de nombreux lodges touristiques et la plupart disposent de leur propre zone protégée. Lors de votre séjour à Coca , vous pourrez y admirer différentes espèces d'oiseaux, d'insectes, de papillons et de plantes.

En aval de la rivière Rio Napo , il est très facile de rejoindre le parc national de Yasuni , un espace protégé par l'UNESCO depuis 1989. La région où se trouve le parc est habitée par des peuples indigènes comme les Huaorani, les Tageari et les Taromenari. Très conservateurs, ces peuples vivent de nos jours au rythme d'un mode de vie traditionnel. C'est pourquoi, certains d'entre eux sont très méfiants et évitent tout contact avec le monde occidental.

Parmi les importantes attractions de la ville, le musée archéologique d'Orellana conserve depuis son année d'ouverture en 2015, l'histoire en profondeur de la communauté indigène de Napo. Il réserve à ses visiteurs, à travers ses trois étages, plusieurs stands qui exposent une vaste collection précolombienne de la culture Omagua et leur rituel concernant le cycle de la vie. Il vous présente également l'interaction entre les habitants et la jungle. À l'intérieur, le musée met aussi à disposition de ses visiteurs une bibliothèque, un espace d'exposition d'art et un auditorium qui peut accueillir des événements ou des projections cinématographiques.

Regroupant les animaux maltraités ou confisqués dans le cadre du commerce illégal, le petit parc zoologique de Coca constitue une autre attraction de la ville. Les animaux qui s'y trouvent sont pour la majorité des espèces rares ou très difficiles à trouver dans la jungle. Lors de votre passage, vous pourrez approcher les tapirs, pécaris, tigrillos, anacondas, singes et tortues équatoriennes. Le zoo se situe à l'extérieur de la ville et l'on peut y accéder en quelques minutes de taxi ou de bus.

Climat

Selon la classification de Köppen-Geiger, la région de Coca bénéficie d'un climat désertique à la fois chaud et humide. Pendant les périodes de pluies, les précipitations moyennes arrivent jusqu'à plus de 192.4 mm. Avec seulement des précipitations moyennes de 4.4 mm, le mois d'octobre reste le plus sec de l'année et le mois d'avril le plus humide avec des précipitations moyennes de 36.7 mm.

Sur l'année, elle enregistre une température moyenne de 25.7°C. En général, la région de Coca vit au rythme d'un climat tempéré, même pendant les périodes les plus froides de l'année. Au mois d'août, mois le plus "froid" de l'année, la température descend seulement jusqu'à 23.1°C.

Comment s'y rendre ?

Avion

Pour une durée de 25 minutes, Coca est quotidiennement reliée avec la ville de Quito et Shell par les compagnies aériennes Aerogal et TAME. L'aéroport de la ville se trouve ainsi à environ 2 km au nord sur le côté gauche de la route vers Lago Agrio.

Bus

Coca fait partie des rares destinations en Équateur accessible en bus. Elle dispose de deux terminaux de bus : le premier assure les transports interprovinciaux et le second pour les destinations touristiques de la province. Les compagnies de bus assurent la liaison vers les autres villes équatoriennes telles que Lago, Agrio, Tena, Misahualli, Baeza et Cumanda de Quito. Depuis Quito, il faut environ 5h de route en bus pour arriver à Coca.

Bateau

Tous les jours, des vedettes partent de Coca pour rejoindre Nuevo Rocafuerte, un petit village de paysans qui se trouve à la frontière péruvienne.

Comment circuler ?

Pour circuler à travers la ville et rejoindre ses différentes attractions, les taxis sont non seulement les moyens les plus pratiques mais aussi les moins chers. En général, le trajet le plus loin coûte seulement 2 dollars USD.

Que faire à Coca ?

  • Explorer la forêt tropicale en visitant le parc national de Yasuni tout en découvrant la biodiversité locale.
  • Visiter le musée archéologique de Macco et redécouvrir l'histoire précolombienne de la région.
  • Se rapprocher de plus près des espèces rares du parc zoologique de Coca.
7 photos

Bonjour

Je suis Carole de "Aventure Ecuador". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
+593 (2) 2869400