Puyo

Considérée comme l'une des portes d’entrée de la forêt tropicale d’Amazonie, la ville de Puyo est l’une des meilleures bases d’excursions organisées dans la région. Sa beauté naturelle, récemment découverte, commence ainsi à charmer beaucoup de touristes. Elle est en effet, un carrefour incontournable pour les sorties dans la jungle et les réserves forestières.

Histoire

Le mot Puyo vient du mot Quichua qui signifie nuageux. La ville de Puyo est souvent appelée « la Ciudad Nieblina » ou El Puyo. Elle fut ainsi officiellement fondée en 1899 par un prêtre catholique dominicain connu sous le nom de Alvaro Valladares avec l’aide de neuf Canelos indigènes. Lors de leur passage entre la région de Banos et Canelos, ils étaient à la recherche d’un endroit pour se reposer. Séduits par la beauté du paysage, ils décidèrent donc d’y rester de façon définitive. Ils construisirent 3 grandes huttes avec une croix en bois et célébrèrent la messe en confiant le peuple de la région à la Vierge Marie.

Aujourd’hui

Située sur la rive du bassin de l’Amazone, entre la ville de Banos, de Tena et de Macas, à 155 km au sud-sud-est de Quito, la ville de Puyo est la capitale de la province Pastaza. Sa population compte près de 24 430 habitants avec une densité moyenne de 420 hab. /km². La ville de Puyo est un important carrefour commercial et une imposante ville portuaire. Longeant la rive droite de la rivière qui porte le même nom, elle est la porte d’entrée pour la région de Banos ainsi que plusieurs autres villes amazoniennes. Le port fluvial le plus avancé de la région de Pastaza est installé dans la ville et assure le transport de produits régionaux. Bien que le commerce s’épanouisse fortement grâce à ce port fluvial, l’économie de la ville dépend principalement de la production de caoutchouc, de fruits et de la canne à sucre ainsi que de l’exploitation forestière. Grâce à son emplacement (à proximité de la forêt amazonienne), Puyo commence également à gagner le coeur des touristes qui s’intéressent davantage à ses paysages naturels. Puyo est également considérée comme une capitale culturelle de la région de Pastaza. Chaque année, quelques jours avant le carême, ses habitants y célèbrent le Puyo carnaval, la plus célèbre fête équatorienne. Selon la coutume, la célébration combine de petites fêtes de quartier et des combats d’eau. D’autres grandes fêtes culturelles comme la journée de l’Amazonie équatorienne ou le festival de la Chonta-palmier y sont aussi célébrées. Organisée le 12 février, la journée de l’Amazonie équatorienne est une fête de commémoration de la découverte de l’Amazonie en 1542 par Francisco de Orellana. Le secteur du tourisme de la région de Puyo reste jusqu’à date peu développés. Les initiatives pour créer des opportunités d’écotourisme comme les activités ethniques, culturelles, écologiques et d’aventures sont principalement confiées aux OPIP (Organización de Pueblos Indígenas de Pastaza). Il s’agit d’une organisation locale indigène contrôlant la majeure partie du territoire Pastaza. Puyo est entourée de montagnes, de forêts, de rivières et de vallées naturelles très riches en biodiversité. Une partie de la jungle amazonienne s’épanouit juste à l’entrée de la ville. Le parc aquatique Morete Puyo fait partie des destinations les plus populaires de la ville. Situé dans le quartier Libertad, ce parc de loisirs dispose des plus hauts toboggans d’Équateur. Associant nature et dernière technologie, il met à la disposition de ses visiteurs une piscine olympique, une piscine à vagues artificielles ainsi que des jets d’eau. Le parc ethnobotanique d’Omaere est le premier parc ethnobotanique en Amérique du sud. Cet endroit est une mine d’or pour les scientifiques qui veulent étudier la relation entre l’homme et la nature.

Climat

Perchée à plus de 950 m d’altitude, la région de Puyo bénéficie selon la classification de Köppen-Geiger, d’un climat océanique chaud et humide sans saison sèche. En un an, elle enregistre des précipitations moyennes de 322,3 mm. Pendant le mois le plus humide de l’année (février), les précipitations arrivent en moyenne jusqu’à 48,3 mm et pendant le mois le plus sec, elles atteignent les 6,4 mm. Sur l’année, la température est toujours stable et reste en moyenne autour de 14,2 ° C. Pour le mois le plus froid de l’année (juillet), elle descend à peine à 13,2 ° C.

Comment s’y rendre ?

  • Avion
  • L’aéroport le plus proche de Puyo est localisé à environ 10 km au nord-ouest dans la petite ville de Shell. Chaque jour, des avions privés et commerciaux partent de l’aéroport pour assurer la liaison.
  • Bus
  • Depuis Puyo, de nombreux bus partent tous les jours vers les autres villes équatoriennes. Puyo est ainsi reliée avec les villes amazoniennes suivant la route Ambato-Tena-Macas. Les bus suivent cette route jusqu’à Ambato, Banos, Coca, Guayaquil, Macas, Quito ou Tena.

    Comment circuler ?

    Pour se déplacer dans la ville, le meilleur moyen est de prendre un taxi. Le trajet en direction du centre-ville jusqu’au terminus d’autobus coûte environ 1 dollar USD. Il est possible de prendre de petits bus locaux qui partent toutes les 30 minutes depuis le terminus au sud du marché le long de la Calle 27 de Frebrero.

    8 photos

    Bonjour

    Je suis Carole de "Aventure Ecuador". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
    Appelez-nous au
    +593 (2) 2869400